September 27, 2021

Me voici Jones – ActionPush

Plat principal pour clôturer la huitième date d’El Metro, avec un duel fondamental entre prétendants pour atteindre directement les quarts de finale. Les deux équipes ont commencé à défendre beaucoup, avec 2-3 comme les plus courantes ; ce qui a provoqué de nombreux coups de trois bien qu’avec peu d’efficacité. Au fil des minutes, Sayago a commencé à comprendre que son jeu se chargeait à l’intérieur et Riauka en a profité à la fois en marquant et en générant des espaces pour les triples qui lui ont donné le premier avantage de huit points ; L’albiceleste a continué à abuser du tir extérieur avec un pourcentage très faible, sans aucune idée en attaque, il a à peine pu sauver avec Aguiar certaines pénétrations qui l’ont laissé derrière 18-12 dans le premier.

L’amélioration de Cordón était avant tout défensive, il n’a pas concédé de points dans les quatre premières minutes de la seconde et même s’il lui était encore difficile de marquer, cinq des “Pica” ont fait le 5-0 partiel pour marquer. Ceux d’Ariel et de La Vía ont momentanément oublié Riauka, leur attaque ne s’est donc pas déroulée de la même manière, mais Jones est celui qui a semblé jouer intelligemment pour montrer son visage à son équipe. Les bons revenus de Marotta pour organiser et Fernando Ferreira pour punir avec des triplés ont laissé l’équipe de Losada derrière seulement trois points, 32-29 avant la mi-temps.

Encore une fois Sayago a commencé la salle avec beaucoup de difficultés et Cordón a continué à s’agrandir. Les mauvaises décisions de l’équipe Diaz en attaque ont donné des points à l’albiceleste, qui avec un 9-0 a ouvert le troisième en allant vers l’avant. La sécheresse inquiétante des hommes de La Vía a cette fois duré six longues minutes sans conversion, jusqu’à ce que le banc avec Arrillaga et Silva apporte ses premiers points en retard mais à temps ; bien que la réponse de ceux sous le pont ait été immédiate avec des triples de Bastón et Marotta qui ont laissé le score de 48-40 en faveur de Cordón, grâce à un quart-temps retentissant de 19-8.

Cette fois, celui qui s’est tari pour ouvrir le dernier était Cordón qui n’a pas marqué dans les cinq premières minutes, et Sayago avec une belle entrée de Bonet comme un révulsif a mis un 9-0 qui l’a remis devant. Celui qui a rompu cette sécheresse ne pouvait être autre que Mauricio Aguiar avec cinq points clés pour rompre le charme ; puis Marotta a fait un énorme début avec un doublé et une belle passe décisive, ce qui a donné à Cordón une avance intéressante de quatre points avec une minute et demie à jouer. Sayago a mis en place deux bonnes défenses et Bola est apparu avec un doublé et une énorme bombe pour donner l’avantage à Saya avec moins d’une minute à jouer. Cordón a attaqué la peinture avec Barrera (Sayago n’a exceptionnellement pas coupé avec trois fautes à frapper) et Bernardo s’est contorsionné dans les airs pour définir avec un beau plateau passé qui semblait se diriger vers la nuit. Mais tout n’a pas été dit, le dernier était pour Sayago avec cinq secondes et quand il a semblé que la pièce devenait sale, Jones a sorti un lapin du chapeau et a cloué un vrai poignard au cœur de l’albiceleste avec un triple brutal qui a décrété le triomphe sur une nuit pleine d’émotions, où celles de « Patita » Díaz ont pris bien plus d’un point.