September 25, 2021

Lettre ouverte à Laporta de l’avocat qui a poursuivi le PSG

Juan Blanc, l’avocat représentant les différents associés de la FC Barcelona et que vous avez déposé une plainte contre le PSG en raison d’une concurrence déloyale dans la signature de Leo Messi, à la fois au Commission européenne ainsi qu’au tribunal de grande instance de France, il a adressé une lettre ouverte à MARYLAND adressée au président de FC Barcelone, Joan Laporta.

« Après la signature de Lionel Messi pour lui Paris saint germain, les partenaires du FC Barcelone que je représente ont déposé des poursuites devant le Commission européenne et la justice administrative française de paralyser l’opération et d’exiger que les clubs français, et en particulier, le PSG, respecter les règles du fair-play financier (FPF).

La situation dont nous avons été témoins, étonnés, était la suivante : la FC Barcelona a été contraint par le comité de contrôle de la ligue espagnole de disposer de Lionel Messi respecter le rapport entre les salaires et par le Ligue. En même temps, le PSG, qui présente un rapport entre les salaires et les revenus de 40 points supérieur à celui de la FC Barcelona et 30 points de plus que les règlements européens et nationaux, il a été autorisé par la ligue française à construire un pont d’or au joueur, avec les félicitations incluses du président de la Ligue française de football.

Comment en est-on arrivé à une telle situation, dans laquelle des règles prétendument adoptées pour favoriser une concurrence loyale et loyale entre clubs européens servaient à forcer le transfert du joueur franchisé d’un club à un autre dont le respect de ces règles était encore plus faible ?

L’explication a été trouvée très rapidement. Aujourd’hui, les clubs français sont exonérés de pénalités pour violation des règles de la FPF. Cette dérogation, adoptée par le championnat de France en 2019, s’appliquera jusqu’à la fin de la saison. 2022-2023, créant une distorsion de concurrence avec les autres clubs européens dont le PSG. De même, alors que le club français prévoit des pertes qui pourraient atteindre les 500 millions d’euros la saison prochaine, il continue de recruter les meilleurs joueurs du continent, libérés par des clubs exsangues, incapables de faire le changement à l’inflation salariale provoquée par la PSG.

La raison d’une telle aberration, incompatible avec la réglementation européenne, qui impose une réglementation identique sur chaque territoire au sein du marché intérieur du Union européenne, est d’abord politique. Qatar, Propriétaire de PSG, il faut construire un club-drapeau qui a légitimé l’organisation de la Coupe du monde 2022 sur son territoire. Obtenu après des années de truquage présumé – toujours sous enquête judiciaire – qui impliquait Michel Platini et le président lui-même Nicolas Sarkozy, l’organisation d’un événement d’une telle ampleur à l’échelle mondiale est conçue par l’émirat comme un moyen de se protéger des caprices expansionnistes de ses voisins, notamment l’Arabie saoudite, de continuer à promouvoir l’islamisme politique en toute impunité, d’améliorer son accès aux élites politiques occidentales et améliorer leur image dans l’opinion publique – au détriment des près de 7 000 travailleurs qui ont déjà perdu la vie en forçant des stades qui resteront vides dès la fin de l’événement.

L’argent coule de Qatar, qui sont accompagnés de ceux de l’émirat de Abou Dabi et les oligarques russes, ont créé une distorsion de la concurrence massive dans le football européen qui menace la survie des clubs historiques, en particulier les associations à but non lucratif comme le FC. Barcelone. Des acteurs corrompus, avec la volonté d’influencer politiquement ou recherchant des protections illégitimes, utilisent notre sport pour influencer nos élites politiques et économiques. De même, le cercle de la corruption s’aggrave, et la distorsion des compétitions qui sont le seul capital et source de bonheur pour des millions de personnes exploitées dans le système actuel.

On a assisté avec étonnement non seulement au départ du joueur de drapeau du FC Barcelone, mais aussi au départ des capitaines du Real Madrid et du Milan AC vers le même club, ainsi que du champion de Serie A lui-même, accosté par les règles de la FPF.

Nous sommes confrontés à une situation qui menace non seulement la survie de la FC Barcelona en tant qu’institution, mais plus généralement des autres clubs historiques européens, notamment espagnols et italiens.

Nous considérons qu’il est possible de l’éviter en suivant le projet de la Super ligue, symboliquement détruit depuis son introduction en tant que ligue fermée, et incapable de rivaliser dans le cœur des fans avec le prestige, l’histoire et le symbolisme de la Ligue des champions. Et on considère qu’avec le départ de Messi, la position du FC Barcelone, du Real Madrid et de la Juventus a en tout cas été irréversiblement fragilisée par rapport aux différents axes constitués, entre autres, par le Paris Saint-Germain.

A notre avis, sans offensive judiciaire pour assainir le football européen par tous les moyens possibles à court terme, avec l’aide ou la pression de la Commission européenne, des acteurs publics et de tous les clubs qui suivent un modèle associatif, le partenaire du FC. Barcelone au sommet d’une commercialisation qui a contraint le FC Barcelone à renoncer à sa forme associative historique, et à abandonner son capital aux mains de l’étranger, comme la Ligue l’a partiellement proposé récemment.

C’est dans ce contexte, et avec la conviction que la masse sociale barceloniste attend un geste fort du Conseil d’Administration, de ne pas récupérer Lionel Messi, mais oui pour montrer leur intérêt à défendre le FC Barcelone en tant que patrimoine des partenaires. Nous demandons au conseil d’administration de rejoindre notre offensive et d’entrer en guerre ouverte au niveau institutionnel contre les distorsions de concurrence inacceptables dont il souffre, avec le soutien des clubs qui ont manifesté leur mépris pour la récente offensive du club parisien.

Nous sommes convaincus d’avoir une plateforme juridique très solide, et de pouvoir profiter du mouvement médiatique autour de la signature de Messi pour mettre cette question au centre du débat mondial, toujours dans le respect d’une figure aimée et respectée. Le FC Barcelona peut apparaître dans cette cause, casser les moules et reconstruire un modèle européen, en suivant les orientations que de jeunes avocats, il y a 25 ans, ont promues sous le nom de Bleu éléphant.

Bloquer la signature la plus scandaleuse et médiatisée de l’ère du football d’affaires apparaît comme le dernier moyen de forcer nos concurrents à s’asseoir à la table des négociations, et briser une spirale dont les premières victimes sont les supporters. L’hyper-capitalisation du football, qui provoque l’inflation des prix des abonnements, des droits de télévision, des prix des t-shirts, la privatisation de clubs ayant appartenu à ses membres, et menace de détruire définitivement le caractère populaire de ce sport, vous pouvez arrêter.

Dans l’intérêt des membres, des fans de football et de notre société dans son ensemble, nous demandons au Ligue, à la FC Barcelona et à tous les acteurs institutionnels du football espagnol de se joindre à notre demande de défendre les intérêts des supporters, et de rompre avec un modèle sans avenir et sans sens ».

Juan Blanc

Juan Branco, avocat populaire en France pour défendre des causes devant des groupes puissants

Instagram Juan Branco