September 27, 2021

4,1 milliards de personnes n’ont pas de filet de sécurité sociale, prévient l’agence pour l’emploi des Nations Unies — Enjeux mondiaux

Menant l’appel aux pays pour qu’ils étendent les filets de sécurité sociale beaucoup plus largement qu’ils ne le font actuellement, le directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a insisté sur le fait qu’une telle mesure aiderait les travailleurs et les entreprises à faire face aux nouveaux défis.

« C’est un moment charnière pour exploiter la réponse à la pandémie pour construire une nouvelle génération de systèmes de protection sociale fondés sur les droits », a déclaré M. Ryder.

« Ceux-ci peuvent protéger les gens des crises futures et donner aux travailleurs et aux entreprises la sécurité nécessaire pour affronter les multiples transitions à venir avec confiance et espoir. Nous devons reconnaître qu’une protection sociale efficace et complète n’est pas seulement essentielle pour la justice sociale et le travail décent, mais aussi pour créer un avenir durable et résilient.

Dans un nouveau rapport, l’organisme des Nations Unies a reconnu que la crise du COVID-19 avait conduit à une plus grande protection sociale dans le monde, mais principalement dans les pays riches.

Il a noté que seulement 47 pour cent de la population mondiale sont couverts par au moins une prestation de protection sociale, tandis que seulement un enfant sur quatre a accès aux filets de sécurité sociale nationaux.

Les besoins des nouveau-nés non satisfaits

D’autres recherches ont indiqué que seulement 45 pour cent des femmes ayant des nouveau-nés dans le monde reçoivent une prestation en espèces, tandis que seulement une personne gravement handicapée sur trois reçoit une prestation d’invalidité.

La couverture des allocations de chômage est encore plus faible, a déclaré l’OIT, avec seulement 18,6 pour cent des travailleurs sans emploi effectivement couverts dans le monde.

En ce qui concerne l’aide à la retraite, l’organisme des Nations Unies a constaté que bien que près de huit personnes sur dix reçoivent une forme de pension, des disparités majeures subsistent entre les régions, entre les zones rurales et urbaines et les femmes et les hommes.

Déséquilibres régionaux

Le rapport de l’OIT souligne les importantes inégalités régionales en matière de protection sociale.

L’Europe et l’Asie centrale ont les taux de couverture les plus élevés, avec 84 % des personnes ayant accès à au moins une prestation.

OIT/Marcel Crozet

Une femme sans abri est assise près d’une voie ferrée à Potosí, en Bolivie.

Les pays des Amériques sont également au-dessus de la moyenne mondiale (64,3 %), ce qui contraste fortement avec le déploiement de l’aide sociale en Asie et dans le Pacifique (44 %), dans les États arabes (40 %) et en Afrique (17,4 %). .

Soulignant les différences dans les dépenses gouvernementales en matière de protection sociale, l’OIT a déclaré que les pays à revenu élevé dépensent 16,4 pour cent du chiffre d’affaires national (au-dessus de la moyenne mondiale de 13 pour cent, hors santé), tandis que les pays à faible revenu ne budgétisent que 1,1 pour cent.

Des milliards de plus nécessaires

L’organe de l’ONU a noté que depuis le début de la pandémie de COVID-19, les gouvernements ont dû augmenter massivement leurs dépenses pour assurer une protection sociale minimale pour tous, d’environ 30%.

Et il a maintenu que pour garantir une couverture de protection sociale de base, les pays à faible revenu devraient investir 77,9 milliards de dollars supplémentaires par an, les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure 362,9 milliards de dollars supplémentaires et les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure 750,8 milliards de dollars supplémentaires par an. Cela équivaut à 15,9 %, 5,1 % et 3,1 % de leur PIB, respectivement.

« Il y a une énorme pression pour que les pays passent à l’assainissement budgétaire, après les dépenses publiques massives de leurs mesures de réponse à la crise, mais il serait gravement préjudiciable de réduire la protection sociale ; des investissements sont nécessaires ici et maintenant », a déclaré Shahra Razavi, directrice du Département de la protection sociale de l’OIT.

Soulignant les multiples avantages de la protection sociale, Mme Razavi a insisté sur le fait qu’elle pourrait promouvoir « une meilleure santé et une meilleure éducation, une plus grande égalité, des systèmes économiques plus durables, une migration mieux gérée et le respect des droits fondamentaux… Les avantages du succès dépasseront les frontières nationales. pour nous tous.

.