September 24, 2021

Les réfugiés palestiniens sont confrontés à des conditions humanitaires « catastrophiques » au milieu des affrontements en cours dans le sud de la Syrie : UNRWA — Enjeux mondiaux

Les bombardements intensifs et les affrontements depuis le 29 juillet ont fait des morts, des blessés et le déplacement de plusieurs centaines de familles vulnérables. Selon l’agence des Nations Unies, qui a été créée à la suite du conflit israélo-arabe de 1948, environ un tiers des réfugiés palestiniens résidaient dans le camp de Dera’a avant le conflit.

Récemment, un petit nombre de réfugiés palestiniens sont rentrés dans le camp, faute d’alternatives, a déclaré l’UNRWA. Cependant, ces dernières hostilités ont considérablement réduit sa capacité à fournir des services essentiels à une communauté très vulnérable, a averti l’agence.

Conditions humanitaires « catastrophiques »

Plus de 600 familles de réfugiés palestiniens (3 000 personnes) résident désormais dans la zone du camp, avec plus de la moitié des familles vivant à l’intérieur du camp, déplacées en raison des récents affrontements. Les conditions humanitaires des familles restées à l’intérieur du camp sont désastreuses, a averti l’UNRWA.

Les stocks de médicaments et de nourriture, y compris le pain, sont épuisés depuis le 2 août, suite à la fermeture du principal passage humanitaire de Saraya le 30 juillet. L’eau et l’électricité seraient également complètement coupées à l’intérieur du camp. Les réfugiés palestiniens qui vivent dans l’ouest de Deraa ont également un accès limité aux services de l’UNRWA, car l’intensification des affrontements dans ce pays a entraîné la fermeture du dispensaire de l’UNRWA à Muzeirib le 1er août.

Besoins humanitaires immenses

Pendant ce temps, la demande d’articles alimentaires et non alimentaires d’urgence et les risques accrus de contamination par les restes explosifs de guerre signifient que les besoins humanitaires des familles déplacées « sont immenses ».

Souvent, ils sont obligés d’emménager chez des proches, ce qui ajoute à leur fardeau et augmente les risques associés à la propagation du COVID-19, a noté l’agence des Nations Unies, ajoutant que la plupart des familles ont du mal à payer leur loyer ou à vivre dans des maisons qui ont été endommagées. ou partiellement détruits par les hostilités au cours de la dernière décennie.

La capacité des réfugiés palestiniens à quitter le camp de Dera’a a été gravement affectée par les affrontements, et leur accès aux services de l’UNRWA, tels que la nourriture et l’argent, qui sont généralement disponibles dans la ville de Dera’a, a été limité. La situation actuelle a également retardé le travail nécessaire pour préparer le retour des enfants dans les écoles de l’UNRWA. L’agence se dit également préoccupée par la sécurité de son personnel travaillant dans le gouvernorat de Dera’a.

Appels à un accès sans entrave à l’aide humanitaire

L’UNRWA a appelé toutes les parties au conflit à garantir un accès sans entrave à l’aide humanitaire dans la région, y compris l’accès aux services de l’UNRWA. Il a déclaré que le point de passage de Saraya, qui permet le passage des personnes et des biens, doit rester ouvert pour permettre aux réfugiés palestiniens d’accéder aux services de base.

Toutes les parties doivent protéger les civils et sauvegarder les infrastructures civiles, y compris les installations de l’UNRWA dans le gouvernorat de Dera’a, a-t-il ajouté.

.