September 19, 2021

Changement climatique : l’Inde pourrait subir une perte de 6 000 milliards de dollars d’ici 2050 ; Les 5 secteurs les plus touchés représentent plus de 80 % du PIB

Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

L’impact du changement climatique devenant visible à travers des conditions météorologiques erratiques, les analystes ont souligné qu’un réchauffement climatique non atténué peut entraîner des pertes monétaires de l’ordre de 6 000 milliards de dollars d’ici 2050 pour l’Inde. D’autre part, si la tendance actuelle d’investissements substantiels dans les efforts de réduction des émissions se maintient, elle pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars pour l’économie du pays d’ici 2070.

L’économie indienne est fortement exposée aux dommages causés par le changement climatique. Au cours des 50 prochaines années, les cinq industries les plus susceptibles d’être les plus touchées par les pertes liées au climat sont les services, la fabrication, le commerce de détail et le tourisme, la construction et les transports, qui représentent actuellement plus de 80 % du PIB du pays. Le changement climatique devrait également réduire la fiabilité de la production agricole saisonnière, affectant les revenus du secteur qui représente environ 16% du PIB du pays.

Un rapport sur l’action climatique et l’avenir économique récemment publié par Deloitte a souligné que si une voie d’émission est poursuivie où le réchauffement moyen mondial augmente de plus de 3 ° C d’ici 2070, cela « entraînerait des pertes économiques de plus de 6 000 milliards de dollars en valeur actuelle. termes d’ici 2050 — soit environ 6 % du PIB de l’Inde rien qu’en 2050 ».

Cela se traduit par des pertes monétaires de plus de 6 000 milliards de dollars en termes de valeur actuelle. Dans un tel scénario, les pertes économiques induites par le changement climatique pour l’Inde s’élèveraient à près de 35 000 milliards de dollars au cours de la prochaine moitié du siècle.

Pour éviter une telle situation, le pays devrait renoncer à un certain développement économique à court terme en faveur d’investissements importants dans les technologies durables jusqu’en 2030. et le monde héritera », note le rapport. D’autre part, “notre modélisation montre qu’une décarbonisation rapide pourrait générer des gains économiques de près de 11 000 milliards de dollars (en termes de valeur actuelle) pour l’économie indienne d’ici 2070”, indique le rapport.

L’Inde prévoit d’avoir 450 giga-watts (GW) de capacité d’énergie renouvelable installée d’ici 2030, contre 100 GW actuellement. L’investissement mondial dans de nouvelles capacités d’énergie propre devrait dépasser les 10 000 milliards de dollars d’ici le milieu du siècle. En raison des efforts déployés par le pays pour augmenter la part des énergies renouvelables dans le panier énergétique, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, a récemment qualifié l’Inde d’« opportunité d’investissement brûlante ».

Le pays a déjà réduit l’intensité des émissions de CO2 de 28 % par rapport aux niveaux de 2005, a déclaré le ministre de l’Énergie de l’Union, RK Singh. L’objectif engagé dans sa contribution prévue déterminée au niveau national (INDC) dans le cadre de l’accord de Paris sur le changement climatique COP21 est une réduction de l’intensité des émissions de 35% par rapport au niveau de 2005 d’ici 2030. Le gouvernement espère dépasser ses engagements INDC bien dans le délai imparti, et s’attend à ce que d’ici 2050, 80 à 85 % de la capacité électrique totale de l’Inde proviendra des énergies renouvelables. Si l’on inclut les 46 GW de centrales hydroélectriques, 38,5% de la capacité de production d’électricité installée en Inde est actuellement basée sur des sources d’énergie renouvelables propres.

.